LIFESTYLE

BELLE CONTRE LE CANCER

8 minutes de lecture

Un Jour, un Cancer !

Je m’appelle Avoly DIALLO, j’ai 33 ans et je suis surveillante dans un Collège Enseignement Moyen (CEM) à Dakar.

Belle contre le cancer : ma surprise

Un après midi, lorsque je prenais ma douche, j’ai senti une énorme boule au niveau de mon sein droit. Je me suis précipitée pour la montrer à ma mère qui, très surprise et sereine à la fois, m’a rassurée en me disant : demain tu iras consulter le médecin.

Le lendemain matin, ma mère et moi étions allées voir le médecin et ce dernier m’a prescrite une Mammographie. Une semaine après, j’ai fait cette fameuse analyse. J’ai eu les résultats au bout de deux (2) jours.

De nature très curieuse, je n’ai pas bougé, mon cœur battait follement, j’ai ouvert l’enveloppe des résultats avant le médecin et j’ai lu Tumeur… Le mot a éclaté en moi, j’ai fermé les yeux un moment pour puiser une force inconnue. Quand, j’ai rouvert les yeux, son regard était posé sur moi. Il m’a rassuré, ensuite, m’a demandé de faire cette fois-ci une Biopsie que j’ai effectuée au bout d’une semaine et les résultats au bout d’un mois (1). Vous allez vous étonner de la lenteur des résultats de mes examens et bien figurez-vous que non seulement il est difficile d’obtenir un rendez-vous proche mais encore, les radiologies sont trop coûteuses pour ceux qui n’ont pas les moyens. Aussi, les résultats sont envoyés en France à l’institut Curie pour analyses et études puis ils reviennent au Sénégal.

Belle contre le cancer : la découverte de ma maladie

J’ai eu la chance d’obtenir des rendez-vous rapidement grâce à une connaissance de la famille.

Dans l’attente des résultats, j’ai été me renseignée sur internet par rapport cette maladie. J’avais une lueur d’espoir que ça soit un kyste car la grande majorité des kystes ne sont pas cancéreux et que ce dernier pouvait-être traité par une opération chirurgicale.

Á nouveau chez le médecin, très curieuse, j’ai ouvert l’enveloppe des résultats avant lui et dans ma tête je ne cherchais que ces deux (2) mots : Malin ou Bénin, j’ai remarqué sur la feuille que c’était mentionnée Cancer Malin de type B5 🔥.

Une fois chez le médecin, je lui ai remis l’enveloppe sans rien lui dire et sans panique. Quand, il a ouvert l’enveloppe, il a cherché des mots ainsi que la meilleure façon pour m’annoncer la mauvaise nouvelle. Ainsi, pour lui faciliter la tâche, je lui ai dit sereinement que j’étais au courant et qu’également, depuis l’apparition de cette grosse boule, je m’étais déjà documentée concernant cette maladie sur internet.

D’abord, je lui racontais tout ce dont il était sensé me dire concernant mon traitement, mon combat à venir et comment mieux vivre ma maladie, ensuite, il m’a donné plein d’autres conseils.

Au début, tout était confus dans ma tête, je n’avais pas trop bien suivi et c’était un peu la course. Entre, le stress, la peur de mourir et plein de questions que je me posais sans jamais trouver de réponse. Le médecin m’a orienté d’abord vers un Oncologue, j’en ai vu plusieurs d’ailleurs, ensuite, j’ai débuté mon traitement quelques jours plus tard. Ce fût une épreuve très difficile, qu’on ne souhaite à personne même pas à son pire ennemi. Mais alhamdoulilah Dieu m’a donnée la force et le courage de supporter.

Belle contre le cancer : mon traitement

Dès ma première chimiothérapie, j’ai commencé à perdre mes cheveux, à avoir des nausées et vomissements ainsi qu’une grosse fatigue extrême. Tous les (21) Vingt et Un jours j’avais droit à une Chimiothérapie.

Après chaque séance que j’effectuais tous les mois, je restais malade et couchée durant toute la semaine qui suivait la thérapie.

J’étais très affaiblie, j’étais obligée de m’efforcer pour trouver la force encore pour supporter la prochaine chimiothérapie.

Dès que je me sentais mieux, puisque je m’efforçais d’aller mieux, afin d’avoir un mentale fort et que j’allais mieux grâce à ma grande volonté et à ma grande motivation, pour avancer.

Quand je me sentais mieux, je sortais avec mes amis faire du shopping ou aller au restaurant. Aussi, j’avais décidé de prendre le dessus sur le cancer et d’aller marcher aux abords de la plage. Je privilégiais les marches avec ma fille ou ma famille qui était toujours présente.

La marche, ça aide et au bord de la plage c’est le TOP.

Et puis, un peu de sport, pendant les traitements, ça ne peux faire que du bien.

Belle contre le cancer : mon combat en beauté

Belle contre le cancer bobelsblog.com

Durant ma chimiothérapie, j’ai remarqué que les médecins s’occupaient plus des malades mais peu des aidants. J’ai vu ma mère déprimée et perdre du poids, ma famille abattue, mon père qui pleurait en cachette. Á partir de là, j’ai décidé de combattre ce cancer du sein pour ma mère, mon père, ma fille, ma famille et pour mes amies. Il arrivait que la maladie me domine et que je sois très affectée mais pour que ma famille aille mieux, je simulais un rhume et ça marchait. J’ai compris qu’il fallait mieux avoir le rhume plutôt que le cancer. Cela les a aidé moralement et m’a aidé également à aller de mieux en mieux.

Belle contre le cancer : mon combat en beauté

Souvent, mon médecin me disait que 50% de réussite du traitement c’est «le Moral». Dés lors, j’avais décidé de profiter de la vie en me répétant très souvent : « saleté maladie tu ne m’empêcheras pas de vivre ni d’avancer », depuis, je suis devenue plus forte qu’elle.

En effet, dans les moments les plus difficiles, je ne baissais pas les bras. Il m’arrivait de partir en weekend avec mes copines, même si, je savais qu’il y avait des probabilités que j’allais avoir des nausées et/ou vomissement. Aussi, je prenais beaucoup soin de moi surtout moralement. Je prenais le temps d’être belle naturellement. Je me maquillais et m’apprêtais juste parce que j’avais rendez-vous avec ma chimiothérapie. J’ai développé en moi cette culture de bien-être, même quand j’allais très mal. C’est une autre forme de thérapie qui peu aider à combattre la maladie en beauté ! Cependant, ♥♥♥ma mère, ma famille et mes amis étaient toujours toujours à mes côtés.

Malgré mon combat la maladie résistait encore jusqu’à un moment donné, mon visage avait commencé à se déformer et je n’arrivais plus à bien marcher. Néanmoins, avec l’aide de Dieu et grâce à ma grande détermination ainsi que la volonté de me battre, à ma 6ème cure, le cancer est passé de 44 à 6 mm. Après cela, j’ai été opérée ensuite, j’ai continué ma radiothérapie…

Aujourd’hui, je rends grâce à Dieu comme toujours je dis Alhamdoulilah car je suis passée de (3) trois à (6) six mois pour les contrôles périodiques.

Belle contre le cancer : ma maladie, mon soutien

Malheureusement, au Sénégal quand une personne est atteinte d’une maladie grave comme le cancer du sein, on lui conseille de ne pas en parler.

A ce propos, je dis NON ! Et je pense qu’il faut plutôt en parler.

OUI ! En parler pour sensibiliser à travers des campagnes sur la prévention et le dépistage. Aussi, en parler pour obtenir un soutien psychologique, des aides matérielles, des financements afin de faciliter la recherche. En parler pour soutenir et aider les plus démunis qui meurent parfois par manque de soins trop coûteux. 

Aujourd’hui, j’en parle pour partager mon vécu, me libérer d’un poids d’abord, ensuite pour inspirer et soutenir. Ceci pour, sensibiliser et aider d’autres femmes qu’elles soient parents aidants ou malades.

Le cancer du sein tue des femmes chaque année au Sénégal. Pour combattre cette maladie, la meilleure arme, c’est le dépistage

Á toutes ces femmes qui sont atteintes, je vous conseille d’éviter le stress car il est mauvais pour votre santé. Je vous conseille de vivre pleinement votre vie ! Parce que les médecins vous diront que 50% de réussite du traitement c’est votre moral et ça aide également vos proches.

Quand à moi, je rends encore et toujours grâce à dieu pour m’avoir donné cette force. Je dis « Machaala », car même dans les pires moments, je faisais le clown tout le temps, je chantais, je dansais.

Cependant, dans toute cette grosse galère, le côté positif n’est pas à négliger !

OUI ! il n’y a pas que du négatif, aussi, je m’autorisais certains privilèges. En effet, je pouvais faire tout ce que je voulais et mes parents ne m’interdisaient rien. De vous à moi, je peux vous assurer que j’en ai un peu abusé quand même😅.

Ce fut une douche qui réveilla le Cancer ! Ou plutôt, qui me ramena à la vie !

Belle contre le cancer : Á présent la face du monde a changé !

« Ciel, Soleil, Mer, Parents et Ami(e)s »,  je n’ai plus le même regard qu’avant :

  • Reconnaître certains jours et leurs donner un sens !
  • Entendre la pluie tombée et vivre l’instant !
  • Regarder chaque membre de mon entourage différemment et en meilleur !
  • Chaque Instant à sa particularité. 

Cette maladie une fois dépistée à temps, ne sera plus une menace. J’invite tout le monde à soutenir les cancéreux et aider à la sensibilisation. En effet, un simple regard de consolation suffit pour nous remonter le moral.

Merci 🙏 à l’association Ibout’chou et Bobel’s sans elles je n’aurais pas eu la confirmation de ce que je voudrais et désirais vraiment faire !

  • Á tous ceux qui souffrent en silence;
  • Á toutes ces personnes mortes de par le cancer n’importe lequel;
  • Á toutes les âmes perdues ou qui vivent;
  • Je pense à vous.

Belle contre le cancer : le combat continue 

Belle contre le cancer bobelsblog.com

Bobel’s est très admirative devant cette jeune femme magnifique et pleine de vie. Avoly s’est battue contre cette maladie et continue à se battre.

Aujourd’hui, avec l’association Ibout’chou, elle a décidé de se battre pour les autres. Avoly s’est engagée non seulement pour inspirer et motiver, mais encore pour rappeler la gravité de cette maladie et sensibiliser à l’importance du dépistage. 

Elle s’engage dans la solidarité pour partager de bons conseils et astuces afin d’aider les malades à mieux vivre le traitement du cancer du sein aussi, les aidants à mieux les accompagner.

Un grand merci 🙏 à mon Ami Abdoulaye DIENG qui est également le beau frère d’Avoly DIALLO toujours très présent à ses côtés ainsi que sa femme Fatima. Ils m’ont donné la chance de partager et d’échanger lors d’un weekend avec cette jeune femme extraordinaire et tellement inspirante que motivante.

Je termine cet article avec beaucoup d’émotions ! Pour dire à Avoly DIALLO, d’avancer…

Une (1) femme sur huit (8) risque de développer un cancer du sein. Chaque année, le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie.

L’association Ibout’chou s’engage auprès d’Avoly et les femmes atteintes du cancer dont la plupart meurent par manque de moyens. Au nom de l’association, Bobel’s lance un appel à don à l’endroit de tous pour porter le combat de cette jeune jeune femme contre le cancer au Sénégal, dans un premier temps, dans la région de Dakar.  

Octobre Rose et Cancer du sein, le combat continue avec Avoly, l’Association Ibout’chou, Bobel’s ainsi que toutes les bonnes volontés.

Nous lançons un appel pour qu’ensemble, nous combattons cette maladie en beauté.

Êtes-vous unis pour une même couleur ? 

 Cliquez ICI ☞☞☞

Propulsé par HelloAsso
Articles Similaires
LIFESTYLE

Comment être un bon amant pour sa femme ?

3 minutes de lecture
Former un couple est un engagement de part et d’autre. Fini le temps d’avant, celui où chacun vivait de son coté avec…
BLOGGINGLIFESTYLE

Comment protéger vos données personnelles sur le web ?

3 minutes de lecture
Protéger ses données privées sur internet est devenu une priorité. En effet, les chiffres sont alarmants et les hackers de toute force…
LIFESTYLE

Lutte contre les violences faites aux femmes

2 minutes de lecture
8 femmes sur 10 déclarent avoir été victimes de violences psychologique ou physique. Et pourquoi ces femmes restent avec des hommes qui…
Prête à voir ce qu'on peut faire ensemble !

Créatrice de contenus lifestyle devenue coach, je partage mieux que des articles. Bénéficier d'un accompagnement sur mesure et intégrer un réseau de femmes bienveillantes expérimentées dans l'entrepreneuriat. 

13 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *