0
ENFANT, LE COIN DES MAMANS

Les difficultés des enfants issus de l’immigration

Nous avons vu dans un autre article les difficultés que nous, africains, africaines, avons à nous situer entre deux cultures. Celle du pays d’origine et celle du pays d’accueil en particulier la France. En effet, l’interculturalité ne va pas de soi.

Cette question se pose avec acuité pour nos enfants qui ont à se situer dans le pays d’accueil et par rapport à celui de leurs parents ou d’un parent dans le cas de mariage mixte.

Il faut dire aussi que si nous focalisons notre propos sur les enfants de la diaspora en particulier sénégalaise, il est aussi largement valable pour ceux d’autres pays du continent, avec cependant quelques nuances.

Nous parlerons dans cet article des difficultés rencontrées en France. On fait le point sur les grandes questions qui se posent à propos de nos enfants.

Les difficultés d’éducation familiale

On le sait, en général l’éducation des enfants est chose difficile sans parler de la crise d’adolescence que les parents doivent savoir surmonter et gérer.

Aussi, cumulant les problèmes habituels plus ceux relatifs à leurs identité, beaucoup d’enfants issus de l’immigration posent de sérieux problèmes d’éducation. Il est clair, aussi, que plus les enfants sont arrivés jeunes en France ou nés ici, plus ils auront une éducation française, qui risque de se heurter à parfois une volonté des parents d’éducation plus ou moins africaine.

Les difficultés d’accompagnement scolaire

Dans la plupart des cas, l’environnement familial ne favorise pas l’épanouissement et l’accomplissement scolaire de l’enfants. Dans de nombreuses familles, le manque de maîtrise de la langue française par les parents ne permet pas à ces derniers un encadrement étroit de l’enfant en particulier lorsqu’il s’agit de l’aider à faire ses devoirs. Pour ceux des parents qui ne sont pas confrontés à cette difficulté, les obligations professionnelles s’érigent e contraintes et en obstacles pour le suivi de l’évolution scolaire de l’enfant.

Les difficultés d’insertion professionnelle

De plus, dans certains cas les problèmes intrafamiliaux peuvent se doubler par des difficultés scolaires voire plus tard professionnels.

C’est un fait, les enfants issus de l’immigration sont sur représentés chez les décrochés scolaires au sein de l’Éducation Nationale. On connaît la suite, une difficulté de s’insérer dans le monde du travail.

Les difficultés d’insertion sociale des adolescents issus de l’immigration

Dans ce domaine aussi, le constat est parlant, les enfants et adolescents issus de l’immigration sont surreprésentés en termes de difficultés d’insertion sociale.

Pour beaucoup, c’est la suite logique de leurs parcours chaotiques scolaire et professionnel.

Dans les situations les plus sérieuses, c’est la dérive dans la toxicomanie ou la délinquance juvénile. C’est l’intervention des services sociaux, puis celle de la Police et la Justice, avec des séjours en foyer éducatif voire en prison pour les délinquants.

Les parents face aux difficultés d’éducation et d’insertion de leurs enfants

Pour les parents de la diaspora sénégalaise, il est illusoire de vouloir éduquer à la manière du pays ces enfants « formatés » à la française. En effet, la relation enfant/parent, l’espace de liberté et de parole, les interdictions… ne sont pas les mêmes.

Puis le poids de l’enseignement, de l’environnement, des copains et des copines pèsent sur les modes de pensée et de comportements des enfants et ados. D’où des conflits plus ou moins sérieux qui peuvent s’aggraver avec le temps si les parents « campent » sur leurs positions.

Ces derniers doivent se remettre en question en évitant des ruptures avec les enfants.

Pour éviter avant tout le décrochage scolaire, ils devront être très attentifs au suivi de la scolarité des enfants et intervenir auprès des établissements scolaires dès le moindre problème dans les études ou les comportements.

Dans ce domaine, on le répète il faut suivre et si besoin, faire appel à des conseillers, assistante sociale, psychologie, éducateurs « si on se sent dépassé par la situation».

Le facteur âge est important, car il faudra éviter de laisser se dégrader l’éducation en pensant que les choses vont rentrer dans l’ordre avec le temps. Si c’est parfois vrai, hélas c’est souvent faux.

Enfin, certains parents, lassés des difficultés, ont cru bon d’envoyer au pays leurs enfants pour une cure de rééducation. Cette idée est à écarter, car elle est souvent une fausse/bonne idée.

En effet, elle risque d’aggraver le conflit enfant/parent et l’image du pays d’origine, le Sénégal. Il faudra rester dans une éducation interculturelle.

__________________

 

 

2 Commentaires

  • Reply
    rentrée, rentrée scolaire - https://bobelsblog.com %
    août 22, 2019 at 1:08

    […] rentrée scolaire est souvent un moment de stress pour les enfants, mais aussi pour les parents. Il est vrai qu’après le régime détente des vacances, il faut […]

  • Reply
    Vivre entre deux cultures - https://bobelsblog.com Vivre entre deux cultures
    septembre 21, 2019 at 10:53

    […] ​Lorsqu’on est l’héritier (ère) de deux cultures, il peut être difficile de se construire une identité. Ceci peut alors être source de malaise. Tel peut être le cas quand on est métis (se), que nos parents forment un « couple mixte » par exemple une mère sénégalaise et un père français. Cela arrive aussi lorsqu’on a des parents qui ont émigrés, ou que l’on a soi-même connu cette émigration. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

%d blogueurs aiment cette page :